Cinéma Français : Intouchables

Le film Intouchables d’Eric Toledano et Olivier Nakache raconte l’histoire de Philippe, riche tétraplégique qui habite dans un hôtel particulier à Paris et Driss, jeune Sénégalais des banlieues parisiennes qui vit des petits vols et crimes. Les rôles des personnages principaux sont joués respectivement par les acteurs François Cluzet et Omar Sy.

Le film est inspiré de “À la vie à la mort” de Jean Pierre Devillers et Isabelle Cottenceau, un documentaire qui suit l’histoire vraie de l’aristocrate corso Philippe Pozzo di Borgo et Abdel Sellou.

Le film décolle de telle manière qu’on n’attend pas une histoire émouvante. En effet c’est une histoire de drôleries provoquées de manière que Driss se comporte avec Philippe ainsi que des moments de tendresse et l’amitié. Driss entre le foyer de Philippe, cherchant une signature qui lui rassurera sa collocation ASSEDIC et il termine par y rester comme aide-soignant à Philippe bien qu’il n’y ait aucune formation. Éberlué au début par le luxe de cette vie qui était loin de sa vie en HLM et par ses responsabilités, Driss commence à  s’occuper consciencieusement de Philippe et une amitié se développe entre les deux hommes. Progressivement, Driss arrive à faire vibrer la vie sombre de Philippe. Philippe à son tour partage ses connaissances avec Philippe et lui apprend à apprécier la musique classique et l’art.

Le film a touché des millions de personnes partout où il était sorti. Il détient le record du film le plus rémunérateur de tous les temps, tourné en langue non anglaise, avec 345 millions de dollars. C’est aussi le film français le plus vu en Europe de l’Ouest depuis 2000.  Toutefois il a reçu des remarques négatives, surtout aux États-Unis où l’on a trouvé qu’il était raciste et que les portraits des immigrés demeurant dans la banlieue parisienne étaient bourrés de stéréotypes.

J’ai eu l’opportunité de le voir récemment et bien évidemment je l’ai aimé ! Les blagues pour lesquelles le film a été critiqué ne m’ont pas gêné. Je pense qu’elles n’étaient pas faites pour caricaturer une section de la société française ni pour passer un commentaire péjoratif sur son mode de vie. Au contraire, je pense que le film avait plein de nuances intéressantes – la vie sans espoir menée par les deux hommes au début du film, les œufs de Fabergé par exemple, ou le commentaire subtil sur les achats de l’art moderne parmi les riches.

En tant qu’enseignant du FLE, j’y ai trouvé plein de sujets à faire parler mes étudiants (les stéréotypes, la place des handicapés dans la société, les discriminations, l’amitié, la solidarité). En tant que spectateur je me suis régalée !  C’est un film plein de rires – de joie, de souffrances, de clichés – et de tendresse qui montre comment faire face à la vie. C’est un film humain. Bref, c’est un film à ne pas manquer.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s